Audrey Pulvar, adjointe d’Anne Hidalgo à la Mairie de Paris, a annoncé le 26 janvier 2021 dans un entretien exclusif avec Le Parisien sa candidature aux élections régionales. L’ancienne journaliste entend faire triompher en Ile-de-France une liste de gauche, porteuse de mesures sociales fortes.

En pré-campagne depuis plusieurs mois déjà, elle s’est officiellement lancée dans la course pour la place aujourd’hui occupée par la droite et Valérie Pécresse. Après le lancement de la dynamique Île-de-France en commun l’été dernier et le rassemblement réussi de différentes forces de gauche (PS, PRG, Place Publique et Allons Enfants), elle se présente à la tête d’une liste unie autour de plusieurs mesures phares.

La gratuité des transports en commun trône en haut de l’affiche. L’objectif de cette mesure est un passage progressif vers une gratuité complète en Ile-de-France. Elle devrait concerner d’abord les moins de 18 ans, étudiants et demandeurs d’emplois de moins de 25 ans et ce dès septembre prochain, avant d’être élargie, un an plus tard, aux bénéficiaires de minima sociaux, aux personnes en situation de handicap et aux titulaires de la carte Améthyste. 2023 verra un nouvel élargissement aux demandeurs d’emplois et à tous les Franciliens le week-end, pour s’achever en 2026 par la gratuité pour tous les Franciliens. C’est une mesure audacieuse, qui fait grincer les dents de ses concurrents : « un mirage »[1] pour Valérie Pécresse. A la réponse du financement, Audrey Pulvar rétorque qu’il faut avoir une vue d’ensemble et considérer plus largement le bilan coûts-bénéfices. Si la gratuité a un coût (de 2,2 milliards à 3,5 milliards), elle va générer une réduction des couts importants liés aux accidents et aux maladies liées à la circulation automobile. . Au-delà, la candidate entend engager le dialogue avec le gouvernement pour étudier la levée de certaines barrières et revoir la fiscalité régionale.

D’autres mesures sont également envisagées, elles aussi audacieuses et faisant actuellement l’objet de débats et mobilisations. Le programme veut mettre l’accent sur les jeunes, particulièrement en difficulté. Est ainsi souhaitée la création d’un « Passe unique Jeune Francilien.ne », qui rassemblera les aides aux échelles départementales, régionales et gouvernementales (APL -aides au logement- notamment), pour en faciliter l’accès. Audrey Pulvar souhaite également s’attaquer au RSA, afin d’en ouvrir l’accès aux 18-25 ans (idée rejetée par le gouvernement), mais également pour verser un complément de 150 euros par mois aux 100’000 jeunes les plus en difficulté d’Ile-de-France (mesure évaluée à 180 millions d’euros par an).

Malgré des divergences avec les écologistes d’EELV, notamment sur la question de la laïcité, Audrey Pulvar espère qu’ils pourront trouver un terrain d’entente, pour parvenir à faire barrage à Valéry Pécresse et à LREM.

Et face à l’incertitude qui entoure un potentiel report des élections régionales, la candidate espère qu’elles pourront se tenir à la date prévue, ou -au moins- qu’une concertation avec les différents partis et les deux chambres parlementaires viendra accompagner pareille décision.


[1] https://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/la-gratuite-dans-les-transports-proposee-par-audrey-pulvar-un-mirage-anti-ecologique-pour-valerie-pecresse-28-01-2021-8421800.php