Cher-e camarade,
La semaine dernière, le Gouvernement Philippe a fait une série d’annonces concernant l’action publique ainsi qu’une concertation prochaine sur la Fonction publique et ses agents.  En matière d’action publique, seules des pistes concernant la transformation numérique ont été annoncées.
Ces annonces font écho aux mouvements sociaux qui se sont tenus la veille dans les prisons, les EHPAD, la justice et à l’Université. Ceux-ci ont dénoncé des manques d’effectifs et le gouvernement annonce la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires. Ces annonces s’ajoutent à la liste, déjà longue, de mesures qui frappent les fonctionnaires  depuis le début du quinquennat :

  • gel du point d’indice ;
  • suppression des emplois aidés ;
  • rétablissement du jour de carence ;
  • report de la mise en œuvre du protocole PPCR (plan professionnels, carrières et rémunérations que nous avions mis en place lors du précédent quinquennat) ;
  • non-compensation de la hausse de la CSG.

Le Parti socialiste a demandé au gouvernement de mettre un terme au mépris avec lequel il traite les agents qui servent l’intérêt général au quotidien. Si la fonction publique a besoin d’être réformée, cela ne peut pas se faire n’importe comment, ni sans respect et dialogue. Les agents ont montré depuis plusieurs années leur capacité à faire des efforts pour faire évoluer l’organisation et le fonctionnement de l’administration. Ce dont ils ont besoin aujourd’hui, c’est moins d’un plan social que d’un plan de formation pour les accompagner dans l’évolution des services à rendre à nos concitoyens.

La suppression de 120.000 postes de fonctionnaires ne manquera pas d’avoir des conséquences sur la qualité, l’avenir et l’accès aux services publics, notamment dans les territoires les plus défavorisés. Le gouvernement doit lever le flou et indiquer rapidement les services qui seront affectés par ces suppressions de postes.
À Paris, Anne Hidalgo et son équipe portent depuis 2014 une vision ambitieuse de ce que doit être l’action publique tout en veillant à l’adapter aux exigences du numérique et aux nouvelles contraintes budgétaires pesant sur la Ville.
Les annonces faites depuis le début de l’année sont autant de nouveaux chapitres à porter auprès des habitant.e.s sur notre projet de faire de Paris une ville plus accessible, plus solidaire, plus accueillante et plus propre. Notre retour sur les marchés signe le début d’une stratégie de présence et de défense de nos politiques sur le terrain que nous devons mener en parallèle de notre Congrès et de notre refondation. Je ne doute pas de ta présence dans cette séquence exigeante.
Excellente semaine à toi,
Amitiés socialistes,

Michel Gelly-Perbellini

Michel GELLY-PERBELLINI
Secrétaire de Section
Parti Socialiste du 12ème arrondissement
Section Philippe Farine
Twitter: @PS_Paris12 et @michelgellyp